LHC in Numbers

Torrey Mitchell est le troisième étranger du LHC sous contrat pour la saison 2018/2019. Rapide tour de la presse nord-américaine et de quelques chiffres pour décrire son jeu et rôle en NHL et comment ceux-ci pourront servir son nouveau club.

De @spz19   |   Photo: Lisa Gansky / CC-BY-SA-2.0

Son jeu en Amérique du Nord

Comme Mitchell a joué trois saisons dans l’un des marchés les plus couverts médiatiquement au hockey, il est plus facile de trouver des interlocuteurs parlant de ses performances, de son style de jeu et son éventuelle adaptation au jeu en Suisse. Le 24Heures du 18 juillet donnait la parole à certains suiveurs du Canadien de Montréal. Ils décrivent Mitchell en tant que bon coéquipier mais surtout en tant que joueur défensif de NHL de 3 ou 4ème trio, précieux dans les mises en jeu et dans les unités spéciales, qui a récemment ralenti mais qui excellera grâce à des qualités offensives indéniables et à l’espace sur les patinoires européennes.

C’est aussi de cette façon que le joueur se décrit. Lors de ses deux dernières saisons, il a d’abord dû faire face à un nouveau coach à Montréal, Claude Julien, qui ne comptait pas sur lui et qui lui a préféré des Ott, Martinsen ou King durant les play-offs en 16/17, à la surprise de certains, observateurs ou fans. Pourtant, depuis son arrivée à Montréal, il avait pu solidifier le quatrième trio de l’équipe. En dernière année de contrat en 17/18, ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne soit échangé par Bergevin contre un choix de draft. Il finira sa saison aux Kings avec des statistiques en-dessus de sa moyenne en carrière. Avant sa signature en Suisse, Jonathan Willis le voyait comme potentiel vétéran d’un 4ème trio dans une équipe de NHL, sans pour autant être surpris que le joueur, parmi d’autres, puisse ne plus faire partie de la Ligue l’an prochain. Un peu moins de trois semaines après l’ouverture du marché des agents libres, il signait à Lausanne pour une saison.

Mitchell est donc décrit comme étant un joueur rapide, versatile, possédant certaines qualités offensives, fiable défensivement et fort dans les mises en jeu. Finalement, son profil ressemble à priori à celui de plusieurs joueurs étrangers jouant ou ayant évolué dans le championnat suisse. Pour en citer quelques-uns, on peut nommer les Aubin, Park, Vigier, Hall, Slater, Pyatt, Spaling ou Lapierre.

Maintenant, est-ce que les statistiques appuient cette description du joueur ? Comment ont performé ses plus proches comparables de NHL en LNA ? Les réponses en chiffres (en fin d’article, un lexique aidera à mieux comprendre la signification de certaines statistiques encore peu présentées en Suisse).

Rôle à Lausanne

Parmi les faiblesses du LHC l’an dernier figuraient notamment le jeu défensif, le box-play et les face-offs. Mitchell semble avoir le profil de l’emploi pour gommer une partie des problèmes de la saison dernière. Joueur complet, Mitchell vient avec d’autres habiletés et notamment dans la construction du jeu, tant en transition depuis la zone défensive qu’en zone offensive. Plus passeur que tireur, il va pouvoir bénéficier d’un ailier plutôt shooter, comme Herren par exemple. Son arrivée fera certainement passer Froidevaux au centre du troisième trio. S’il paraît acquis que Vermin et Bertschy évoluent (ensemble ?) sur les ailes d’un des deux premiers blocs, Herren, Kenins et Zangger seront les candidats pour les deux dernières places.

Contrat à Lausanne

L’arrivée de Jooris à Genève aurait probablement signifié le transfert d’Almond à Lausanne, lui qui y est déjà annoncé pour 2019/2020. Est-ce que Jan Alston a attendu la résolution de cette possibilité avant de se décider quant à la stratégie à adopter pour son contingent de joueurs étrangers? Peut-être. A part pour Bång annoncé le 30 août 2013, c’est la première fois depuis la promotion que le choix des joueurs étrangers se fait aussi tardivement. Avec la retraite surprise de Ryser et l’opportunité Almond, c’était certainement nécessaire.

Un point intéressant dans le contrat de Mitchell, en comparaison à d’autres joueurs de NHL du même profil et possédant sa carrière: il n’est que d’une année et sans option. S’agit-il d’un choix du club et/ou du joueur? Souhaite-t-il se relancer en Europe avant de retenter sa chance en NHL? Depuis le retour de Lausanne en LNA, en dehors du premier contrat de Bång et du deuxième d’Hytönen d’une saison chacun, les contrats des joueurs étrangers portaient principalement sur deux saisons. Si l’âge de Mitchell peut être considéré comme un facteur à risque, la longueur de son contrat le minimise.

Dans le 24Heures article mentionnant l’arrivée de Mitchell, il était noté que le LHC se tournerait vers un deuxième défenseur étranger pour la saison prochaine. Si le bon Championnat du Monde de Frick, l’arrivée de Grossmann, le départ de Ryser et un effectif plus fourni en défense pouvaient faire penser à une reconsidération du plan de base, ce n’est finalement pas le cas. En effet, c’est confirmé depuis ce week-end, ce sera Petteri Lindbohm. Après une opération à l’épaule en janvier, il a également signé pour une saison et compte relancer sa valeur en Europe pour retourner en Amérique du Nord, un move dont parlaient certains journalistes de St-Louis l’an dernier. Comme St-Louis lui a soumis une offre qualificative à fin juin, que le joueur a refusée, les Blues gardent les droits NHL du joueur. Dans cet article de ProHockeyRumors, il est question d’un rôle et salaire à Lausanne qu’il n’aurait pu recevoir de la part de son ancien club. Il fera certainement partie la paire avec Genazzi ou Junland.

A son arrivée en NHL, il était vu comme le futur complément défensif de Pietrangelo sur le top-4. Décrit comme joueur complet lorsqu’il est en santé, les blessures, son inconstance et l’arrivée d’Edmundson et Parayko lui ont barré la route de la NHL.

Si le secteur défensif a été un des problèmes en 2017/2018, le cadre lausannois a subi de gros ajustements avec l’arrivée de deux éléments étrangers possédant un profil complet, mais aussi avec un coaching staff finlandais, réputé pour son sens tactique.

Données

Le but de l’article était également de présenter certaines statistiques qui permettent de mieux comprendre les performances d’un joueur. Les données et ressources utilisées sont pour la plupart disponibles gratuitement. Elles proviennent notamment de :

- Corsica

- NaturalStatTrick (Patreon)

- All Three Zones Project (Patreon / GoFundMe)

- Passing Project

- HockeyViz (Patreon)

Il est possible de financer certains de ces projets sur leur Patreon/GoFundMe respectif.

Si certaines de ces données, notamment sur les passes, sont récoltées manuellement par quelques nerds, les statistiques disponibles sur Corsica ou NaturalStatTrick proviennent des données brutes de la Ligue qui sont ensuite transformées dans un format utilisable par tous. Si la Ligue suisse a déjà fait un premier pas vers une plus grande disponibilité de données via son shot tracker, on attend encore la suite. En effet, on a toujours 15 ans de retard sur la NHL à ce niveau. Pour rappel, la Ligue a accès à ces données.

Lexique

Les termes et abréviations les plus souvent utilisés sont expliqués ci-dessous.

Abréviations et statistiques courantes: 

- GP pour Games played: nombre de matchs joués
- TOI pour Time on Ice: temps de jeu
- ES pour Even-strength: jeu à égalité numérique
- 5v5: jeu à 5 contre 5
- PP pour Power-play: jeu à supériorité numérique
- PK pour Penalty-kill: jeu en infériorité numérique
- G pour Goals: nombre de goals
- A1 pour Assist 1: nombre d’assists 1
- A2 pour Assist 2: nombre d’assists 2
- P pour Points: nombre de points
- P1 pour Primary points: nombre de goals + assist 1
- PPG pour Points per game: nombre de points par matchP1PG pour Primary points per game : nombre de primary points par match
P1PG pour Primary points per game : nombre de primary points par match
- /60 pour ajuster les statistiques de chacun des joueurs par 60 minutes de jeu et pour les rendre comparables.

Déploiement et engagements: 

- FO% pour Face-offs %: pourcentage d’engagements gagnés
- DZ starts pour Defensive zone starts: proportion d’engagements pris en zone défensive. En formule : DZ/(DZ + OZ)
- ZSR pour Zone start ratio: proportion d’engagements pris en zone offensive. En formule : OZ/(DZ + OZ)

Statistiques de tirs / de possession : 

Ces données sont disponibles par équipe ou par joueur.

- CF pour Corsi For: nombres de tirs cadrés, bloqués, manqués pour
- CA pour Corsi Against  nombres de tirs cadrés, bloqués, manqués contre
- CA + CF: ensemble des tirs cadrés, bloqués et manqués
- CF% pour Corsi For %: proportion de tirs pour. En formule: CF% = CF/(CF+CA)

- GF pour Goals for: nombre de goals pour
- GA pour Goals against: nombre de goals contre
- GF% pour Goals for %: proportion de tirs pour. En formule: GF% = GF/(GF+GA)

- xGF pour Expected goals for: nombre de goals attendus pour
- xGA pour Expected goals against: nombre de goals attendus contre
- xGF% pour Expected goals for: proportion de goals attendus pour. En formule: xGF% = xGF/(xGF+xGA)

Sur le même principe, on peut parler de SF, SA et SF% qui représentent les tirs cadrés pour, contre et sa proportion.
What's your opinion?
 

Have you spotted a mistake on this page? Then please let us know by E-Mail or Facebook Messenger. Thank you!

About the Blog

LHC in Numbers

A different way of looking at Lausanne HC's performance by tracking already available as well as personally collected statistics.

This blog's hottest posts

© swisshockeynews.ch 2013-2018

Privacy Notification
Welcome to swisshockeynews.ch!

 

We'd like to inform you that we use cookies and tracking pixels to show you advertising based on your interests and receive statistics from your visits. More infos: Privacy Policy.